Des locaux accessibles aux personnes handicapés


Les commerçants, restaurateurs, hôteliers, professionnels libéraux… peuvent retarder l’adaptation de leurs locaux à l’accueil des handicapés en s’engageant, d’ici le 27 septembre 2015, dans un « agenda d’accessibilité programmée ».


La nouvelle réglementation à respecter
La loi n° 2005-102 du 11 février 2005 a imposé aux établissements recevant du public (ERP) d’être accessibles aux personnes handicapées au 1er janvier 2015. Cette échéance ne pouvant pas matériellement être respectée, l’ordonnance 2014-1090 du 26 septembre 2014 a mis en place un outil : l’Agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP) Il correspond à un engagement de réaliser les travaux nécessaires dans un calendrier précis pour se conformer aux normes d’accessibilité.
Cet engagement permet de repousser, au-delà de 2015, la date à laquelle le local sera accessible aux personnes handicapées, en contrepartie d’un suivi de l’avancement des travaux.


Tous les établissements recevant du public sont concernés
Commerçants ou professions libérales
Sont tenus de mettre leurs locaux en conformité avec les normes d’accessibilités aux personnes handicapées tous les établissements recevant du public, c’est-à-dire tous les bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont admises, soit librement, soit moyennant une rétribution ou une participation quelconque, ou dans lesquels sont tenues des réunions ouvertes à tout venant ou sur invitation, payantes ou non (c. constr. et hab. art. R. 123-2).
Sont ainsi visés les magasins et centres commerciaux, les cinémas, les théâtres, les hôpitaux, les écoles et universités, les hôtels et restaurants. Il peut s’agir aussi bien de structures fixes que provisoires (chapiteaux, tentes…).
Les locaux des professions libérales (cabinets médicaux, architectes, études de notaires…) sont également concernés par l’accessibilité de leurs locaux.


Propriétaire ou locataire
C’est le propriétaire de l’établissement qui est responsable de la transmission de l’attestation d’accessibilité ou du dépôt de la demande d’approbation de l’agenda.
Toutefois, ces obligations incombent non au propriétaire mais à l’exploitant lorsque le bail (ou la convention de mise à disposition) lui transfère les obligations de mise en accessibilité faites au propriétaire.
Attention, lorsque plusieurs personnes s’engagent à participer, notamment financièrement, aux travaux prévus par un agenda d’accessibilité programmée, elles peuvent cosigner cet agenda, sans que cette circonstance ait pour effet d’exonérer le propriétaire ou l’exploitant de leurs obligations (c. constr. et hab. art. R. 111-19-31).


Fournir une attestation d’accessibilité…
Le propriétaire ou l’exploitant d’un établissement recevant du public doit transmettre à la préfecture du département d’implantation, avant le 1er mars 2015, un document établissant la conformité de son établissement aux exigences d’accessibilité des personnes handicapées (c. constr. et hab. art. L. 111-7-3 modifié) ou bien soumettre à la préfecture un Agenda d’accessibilité programmée (Ad’ AP). Sinon, il risque une amende.
L’attestation d’accessibilité doit préciser la dénomination de l’établissement, sa catégorie et son type ainsi que le nom et l’adresse du propriétaire ou de l’exploitant et son numéro SIREN/SIRET ou, à défaut, sa date de naissance. Les pièces qui établissent la conformité doivent être jointes. Pour les établissements de 5e catégorie (par exemple les commerces de détail ; voir ci-dessous les différentes catégories), une déclaration sur l’honneur suffit.
> Les établissements recevant du public sont classés en 5 catégories déterminant les exigences d’accessibilité applicables, selon 2 critères :
- en fonction de la capacité d’accueil du public : de la 1re à 4e catégorie
- soit par type, selon la nature de l’activité ou de l’exploitation : 5e catégorie.
1re catégorie : plus de 1 500 personnes accueillies
2e catégorie : de 701 à 1 500 personnes accueillies
3e catégorie : de 301 à 700 personnes accueillies
4e catégorie : moins de 300 personnes et supérieur au seuil de la 5e catégorie
5e catégorie : inférieur au seuil fixé dans le tableau ci-dessous :
 
Type    Nature de l’exploitation                                  Sous-sol           Étages              Ensemble des niveaux      
M         Magasins de vente                                              100                 100                               200      
N          Restaurations ou débits de boisson                100                  200                              200      
O          Hôtels ou pensions de famille                                                                                        100      
P          Salle de danse ou salle de jeux                            20                 100                              120      
L          Salle d’auditions, de conférences, de réunions, multimédia    100                           200      
L          Salle de spectacles, de projections ou à usage multiple    20    /    50      
X         Établissements sportifs couverts                      100                100                               200      
Y         Musées                                                                   100                100                               200      
T         Salles d’expositions                                              100                100                               200      
S         Bibliothèques ou centres de documentations  100                100                               200      
W       Administrations, banques, bureaux                     100                100                               200      
R        Autres établissements d’enseignement              100               100                               200      
R        Établissements avec locaux à sommeil                                                                            30      
R        Crèches, maternelles, jardins d’enfants, haltes-garderies    (*)    1 (**)                      100      
R        Maisons d’assistantes maternelles                                                                                    16      
J        Structures d’accueil pour personnes âgées :                  
                     effectif des résidents                                                                                                25      
                     effectif total                                                                                                               100      
J       Structures d’accueil pour personnes handicapées :                  
                     effectif des résidents                                                                                                 20      
                     effectif total                                                                                                               100      
U       Établissements de soins sans hébergement                                                                  100      
U       Établissements de soins avec hébergement                                                                     20      
V       Établissements de culte                                         100               200                                300      
GA    Gares aériennes (***)                                                                                                          200      
OA    Hôtels-restaurants d’altitude                                                                                               20      
PA    Établissements de plein air                                                                                                300      
CTS    Chapiteaux et tentes                                                                                                           50      
(*) Activités interdites en sous-sol
(**) Si l’établissement ne comporte qu’un seul niveau situé en étage : 20
(***) Les gares souterraines et mixtes sont classées dans le 1er groupe quel que soit l’effectif     
Une copie de l’attestation doit également être adressée à la commission pour l’accessibilité de la commune d’implantation de l’établissement concerné (c. constr. et hab. art. R. 111-19-33).


Fermeture prochaine. Est exonéré de l’obligation de transmettre une attestation d’accessibilité le propriétaire ou l’exploitant qui prévoit soit de fermer l’établissement, soit de solliciter un changement de sa destination ayant pour effet de ne plus y recevoir du public, au plus tard le 27 septembre 2015 (c. constr. et hab. art. R. 111-19-33). Si l’établissement de l’exploitant n’aura plus le statut d’ERP au 27 septembre 2015, qu’il soit fermé ou qu’il n’accueille plus de public, il n’a pas à déposer d’Ad’AP ni à transmettre d’attestation d’accessibilité mais il peut en informer la préfecture.


... ou s’engager sur un agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP)
Délais qui peuvent être obtenus
L’agenda d’accessibilité programmée constitue un engagement, pour le propriétaire ou l’exploitant d’un ERP qui n’est pas, au 31 décembre 2014, en conformité avec les règles d’accessibilité, de réaliser les travaux requis dans un calendrier précis.
L’Agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP) permet à tout gestionnaire et/ou propriétaire d’une ERP de poursuivre ou de réaliser l’accessibilité de son établissement après le 1er janvier 2015. En effet, le 1er janvier 2015, qui était la date limite pour rendre accessibles les commerces, les cabinets libéraux, les mairies, les écoles…, demeure mais l’élaboration d’un Agenda d’accessibilité programmée permet de se mettre en conformité et surtout d’ouvrir à tous son commerce, ses bureaux ou son établissement après le 1er janvier 2015.
> Il est le seul moyen pour être en accord avec la loi pour ceux qui n’ont pas satisfait aux obligations d’accessibilité après le 1er janvier 2015.
Cet agenda correspond à un engagement de réaliser des travaux dans un délai déterminé, de les financer et de respecter les règles d’accessibilité.
Pour l’essentiel des établissements, la durée maximale de l’agenda n’excédera pas une durée de 3 ans à compter de son approbation.
Dans certains cas particuliers, la durée totale d’un Agenda d’accessibilité programmée pourra porter sur deux, voire trois périodes de 3 ans chacune (c. constr. et hab. art. L. 111-7-7 nouveau).


Contenu et dépôt du projet d’agenda
L’agenda doit comporter une analyse des actions nécessaires pour que l’établissement réponde aux exigences d’accessibilité et prévoir le programme et le calendrier des travaux ainsi que les financements correspondants. Le contenu et les modalités de présentation de l’agenda sont précisés par le décret n° 2014-1327.
> Des formulaires Cerfa « Agenda d’accessibilité programmée » sont disponibles.
Le projet d’agenda doit être déposé à la préfecture au plus tard le 27 septembre 2015. Il doit être adressé en 2 exemplaires par pli recommandé avec demande d’avis de réception et par voie électronique.
Toutefois, lorsque l’agenda porte sur un établissement pour lequel la mise en accessibilité est prévue sur une seule période, le dossier, complété de la demande d’aménager un ERP, doit être adressé, en 4 exemplaires, au maire, dès lors que celui-ci est compétent pour statuer sur la demande.
Un exemplaire doit également être adressé à la commission pour l’accessibilité de la commune où est implanté l’établissement (c. constr. et hab. art. D. 111-19-35 nouveau).
Le projet d’agenda doit être validé par le préfet. Cette validation permettra ainsi d’entériner l’échéancier pour la mise en accessibilité. Le dispositif comportera des points de contrôle réguliers et une validation à son terme.
> Seule la validation par l’État permettra de dépasser la date du 1er janvier 2015.


Finalisation de l’Ad’AP
> Si l’Ad’AP est approuvé, en principe par arrêté préfectoral ou tacitement, ainsi que l’autorisation de travaux ou le permis de construire : l’exploitant peut commencer les travaux.
Cependant, avant de réaliser les travaux : 2 conditions alternatives :
- si les travaux ne sont pas soumis à permis de construire ou à permis d’aménager, l’exploitant doit déposer une demande d’autorisation de construire, d’aménager ou de modifier un ERP ;
- si les travaux sont soumis à un permis de construire ou à un permis d’aménager, l’exploitant doit déposer un dossier spécifique permettant de vérifier la conformité des ERP aux règles d’accessibilité et de sécurité contre l’incendie et la panique.
> Si l’Ad’AP est refusé, l’exploitant aura un délai pour déposer un nouveau dossier.
En fin d’Ad’AP, l’exploitant a l’obligation de transmettre en préfecture du département une attestation d’achèvement des travaux. Un exemplaire est à déposer en mairie. Il sera transmis à la commission pour l’accessibilité de la commune ou à la commission intercommunale compétente.
Obligations de suivi :
- à la fin de la première année : point de situation des actions effectuées.
- à mi-parcours : bilan des actions exécutées ;
- en fin d’Ad’AP : attestation d’achèvement des travaux.


Dispositif dérogatoire
Si l’exploitant ne peut pas financer les travaux de mise en accessibilité, il peut demander :
- une prorogation de 3 ans du délai de dépôt de l’Ad’AP. Elle est à déposer en préfecture ;
- ou une dérogation aux règles d’accessibilité pour disproportion manifeste.


Obtenir une dérogation
Le projet d’agenda doit, en principe, être transmis au plus tard le 27 septembre 2015 mais ce délai pourra être prorogé pour une durée maximale de 3 ans dans le cas où les difficultés techniques ou financières liées à l’évaluation ou à la programmation des travaux l’imposeront, ou encore en cas de rejet d’un premier agenda (c. constr. et hab. art. L. 111-7-6).
Attention, la demande de prorogation devra, en principe, être présentée au plus tard le 27 juin 2015 (c. constr. et hab. art. R. 111-19-42).
> La situation financière délicate avérée doit être attestée par un expert-comptable ou un commissaire aux comptes.
Des dérogations exceptionnelles peuvent être accordées aux établissements situés dans un cadre bâti existant :
- après démonstration de l’impossibilité technique de procéder à la mise en accessibilité ;
- ou en raison de contraintes liées à la conservation du patrimoine architectural ;
- ou lorsqu’il y a disproportion manifeste entre les améliorations à apporter et leurs coûts, leurs effets sur l’usage du bâtiment et de ses abords ou la viabilité de l’exploitation du bâtiment ;
- ou encore lorsque les copropriétaires d’un bâtiment à usage principal d’habitation réunis en assemblée générale s’opposent, à la réalisation des travaux de mise en accessibilité de l’établissement recevant du public existant ou créé dans ce bâtiment.
Dans ce dernier cas, la dérogation sera accordée de plein droit (c. constr. et hab. art. R. 111-19-10 modifié).


Sanctions
L’absence, non justifiée, de dépôt du projet d’agenda dans le délai pourra être sanctionnée par une amende forfaitaire de 1 500 € quand l’agenda portera sur un seul établissement de 5e catégorie (petits commerces, professions libérales…) et de 5 000 € dans les autres cas.
De plus, le temps de mise en accessibilité de l’agenda sera réduit du nombre de mois correspondant au retard de dépôt (c. constr. et hab. art. L. 111-7-10, al. 1er).
Par ailleurs, le dépôt de l’agenda suspend le risque d’une sanction pénale. En effet, à compter du 1er octobre 2015, le propriétaire ou l’exploitant qui n’aura pas rempli ses obligations de mise en accessibilité pourra être condamné par le tribunal correctionnel à une amende (jusqu’à 45 000 € s’il s’agit d’une personne physique et jusqu’à 225 000 € s’il s’agit d’une personne morale) (c. constr. et hab. art. L. 152-4).
Ordonnance 2014-1090 du 26 septembre 2014, JO du 27 ; décrets nos 2014-1326 et 2014-1327 du 5 novembre 2014, JO du 6

Télécharger
Accessibilité - Mode opératoire.pdf
Document Adobe Acrobat 33.7 KB